Synthèse régionale Elanion 1990-2014

Vous trouverez sur le lien suivant la synthèse régionale des connaissances sur l’Elanion blanc Elanus caeruleus en Midi-Pyrénées.
Ce document rédigé par Christophe COGNET, François BALLEREAU et Mathieu ORTH dresse un bilan des connaissances de 1990 à 2014 « de la colonisation à l’installation ».

Les données proviennent de divers organismes dont le GOPA.

Image en miniature de Yannick Bielle

Nouvelles images du bain du Gypaète barbu

Depuis le mois d’août 2014, nous étudions la fréquentation d’une source ferrugineuse par les Gypaètes barbus, qui viennent y colorer leur plumage. Deux pièges photo/vidéographiques permettent d’enregistrer le passage des oiseaux, d’étudier le comportement de coloration et dans certains cas d’individualiser les oiseaux. Nous avons ainsi acquis la certitude qu’au moins 5 gypaètes adultes, dont un couple, fréquentent le site.

Nous vous proposons ci-dessous quelques images extraites de ce suivi passionnant !

Baignade du Gypaète barbu

Baignade du Gypaète barbu

Baignade du Gypaète barbu

Baignade du Gypaète barbu

Liste des espèces sauvages et férales des Pyrénées Occidentales et des Landes

Cette liste reprend toutes les espèces observées dans les départements des Pyrénées-Atlantiques, des Hautes-Pyrénées et des Landes depuis le milieu du XIXème siècle (début des écrits d’inventaire de l’avifaune de notre région) à fin 2014, selon les catégories utilisées par la Commission de l’Avifaune de France (CAF) : listes A, B, C, D et E.

La séquence de classification suivie reprend les préconisations de la récemment publiée « Checklist of the Birds of the World ; Vol. 1 non passerines » qui apporte de nombreux changements systématiques pour plusieurs familles. Notre décision est fondée sur le fait que, lors de la 11ème réunion des parties de la Convention des Espèces Migratrices (CMS) à Quito en novembre 2014, il a été décidé de suivre cette classification des non-passereaux, l’UICN (International Union for Conservation of Nature) et Birdlife International faisant de même (ce dernier organisme est partie prenante dans la rédaction de la Checklist de 2014).

La taxinomie adoptée pour les Passereaux suit les résultats des divers travaux phylogénétiques et leurs recommandations, chaque fois qu’un consensus semble obtenu.
Cette Liste est évolutive et sera modifiée chaque fois que nécessaire (nouvelles espèces observées par exemple) et en fin de chaque année pour réviser, si nécessaire, le statut des espèces rares à accidentelles.
Vos remarques, relevés d’erreurs ou de manques seront les bienvenus en vu de l’amélioration de cette Liste.

La liste est accessible à partir du lien ci-dessous :

Vous la retrouverez également dans la section Document / Articles.

Mise en ligne d’enregistrements sonores

Nous vous proposons de courts enregistrements sonores, réalisés en nature avec la plateforme acoustique acquise par le GOPA (Wildlife Acoustics Song Meter SM2). Vous pourrez ainsi vous familiariser avec les sons des forêts et des alpages pyrénéens…

Pour écouter ces enregistrements, rendez-vous sur la nouvelle section : Documents / Sons.

Synthèse du suivi élanion 2013

Le coordinateur « Elanion blanc », François Delage, nous transmet la synthèse 2013 du suivi de l’espèce dans le bassin de l’Adour. Vous pouvez la télécharger ici. Le GOPA contribue à ce suivi en fournissant chaque année une extraction de sa base de données.

D30_9872

Gypaète barbu : premières images en nature du bain de boue ferrugineuse !

Les gypaètes sont parmi les seuls oiseaux au monde qui modifient volontairement la coloration de leur plumage. Si la plupart des individus sauvages arborent un plumage largement teinté de jaune ou d’orange, les oiseaux maintenus en captivité perdent très vite cette couleur au profit d’une teinte blanche. L’explication réside dans le fait qu’en nature ces oiseaux se baignent régulièrement dans des sources ferrugineuses, où se dépose une boue de couleur ocre. Cette boue chargée en oxydes de fer imprègne les plumes des gypaètes, leur colorant fortement la poitrine et le cou. Très rarement observé en nature, ce comportement encore mystérieux (quels avantages les gypaètes en tirent-ils ?) n’avait jamais été filmé.

En août 2014 nous avons posé un piège photographique sur un tel site de baignade, situé dans les Pyrénées-Atlantiques. Dès le lendemain de la pose du matériel, les premières séquences vidéo dévoilaient le bain d’un couple de gypaètes ! Ces résultats inespérés nous permettent d’envisager l’étude détaillée de ce comportement tout au long d’un ou plusieurs cycles annuels. Nous vous proposons d’ores et déjà quelques images de ces merveilleux oiseaux surpris dans leur intimité…

 

Lancement d’un programme d’étude du Pic de Lilford

Le Pic de Lilford est le nom donné à la forme lilfordi du Pic à dos blanc Dendrocopos leucotos, qui habite les montagnes du sud de l’Europe dont les Pyrénées occidentales. En collaboration avec le Parc National des Pyrénées, le GOPA a déposé une demande de programme personnel de capture du Pic de Lilford avec deux principaux buts :

  • caractérisation génétique et biométrique de ce taxon par rapport aux autres taxons de Dendrocopos leucotos
  • obtention, à moyen terme, d’éléments de dynamique de population (fidélité au territoire, entre partenaires, taux de survie, etc…)

Un protocole de capture et de suivi précis a été établi (pose de bagues CRBPO et couleur, durée de chaque session, paramètres à mesurer, suivi postérieur du devenir des individus bagués, etc..). Une première campagne de terrain a été effectuée au cours du printemps 2014, permettant les premiers baguages et prélèvements de matériel biologique. Cette première année a surtout servi de test des procédures et d’adaptations régulières en fonction du comportement des couples, en définissant les périodes les plus efficaces pour les captures, tout en tenant compte de leurs conséquences éventuelles sur le devenir des reproductions.

En parallèle de ce programme, nous effectuons, depuis deux ans, des enregistrements des émissions vocales et tambourinements de l’espèce à l’aide d’une plateforme acoustique autonome. Les échantillons obtenus serviront à l’étude des émissions vocales et à leur comparaison avec celles du taxon leucotos.

PDB02

Pic de Lilford mâle adulte, vallée de Barétous mai 2014 (photo P. Marsaguet).
Les caractéristiques de plumage du taxon lilfordi sont bien visibles (stries dorsales, dos gris rayé , rectrices externes, calotte mâte avec stries noirâtres).

PDB01

Pic de Lilford femelle adulte-vallée de Barétous, mai 2014 (photo S. Hommeau)
Les stries dorsales (5 visibles) et le dos gris barré sont bien visibles ainsi que le pattern des rectrices externes (R1 à R5).