Synthèse du suivi élanion 2013

Le coordinateur « Elanion blanc », François Delage, nous transmet la synthèse 2013 du suivi de l’espèce dans le bassin de l’Adour. Vous pouvez la télécharger ici. Le GOPA contribue à ce suivi en fournissant chaque année une extraction de sa base de données.

D30_9872

Gypaète barbu : premières images en nature du bain de boue ferrugineuse !

Les gypaètes sont parmi les seuls oiseaux au monde qui modifient volontairement la coloration de leur plumage. Si la plupart des individus sauvages arborent un plumage largement teinté de jaune ou d’orange, les oiseaux maintenus en captivité perdent très vite cette couleur au profit d’une teinte blanche. L’explication réside dans le fait qu’en nature ces oiseaux se baignent régulièrement dans des sources ferrugineuses, où se dépose une boue de couleur ocre. Cette boue chargée en oxydes de fer imprègne les plumes des gypaètes, leur colorant fortement la poitrine et le cou. Très rarement observé en nature, ce comportement encore mystérieux (quels avantages les gypaètes en tirent-ils ?) n’avait jamais été filmé.

En août 2014 nous avons posé un piège photographique sur un tel site de baignade, situé dans les Pyrénées-Atlantiques. Dès le lendemain de la pose du matériel, les premières séquences vidéo dévoilaient le bain d’un couple de gypaètes ! Ces résultats inespérés nous permettent d’envisager l’étude détaillée de ce comportement tout au long d’un ou plusieurs cycles annuels. Nous vous proposons d’ores et déjà quelques images de ces merveilleux oiseaux surpris dans leur intimité…

 

Lancement d’un programme d’étude du Pic de Lilford

Le Pic de Lilford est le nom donné à la forme lilfordi du Pic à dos blanc Dendrocopos leucotos, qui habite les montagnes du sud de l’Europe dont les Pyrénées occidentales. En collaboration avec le Parc National des Pyrénées, le GOPA a déposé une demande de programme personnel de capture du Pic de Lilford avec deux principaux buts :

  • caractérisation génétique et biométrique de ce taxon par rapport aux autres taxons de Dendrocopos leucotos
  • obtention, à moyen terme, d’éléments de dynamique de population (fidélité au territoire, entre partenaires, taux de survie, etc…)

Un protocole de capture et de suivi précis a été établi (pose de bagues CRBPO et couleur, durée de chaque session, paramètres à mesurer, suivi postérieur du devenir des individus bagués, etc..). Une première campagne de terrain a été effectuée au cours du printemps 2014, permettant les premiers baguages et prélèvements de matériel biologique. Cette première année a surtout servi de test des procédures et d’adaptations régulières en fonction du comportement des couples, en définissant les périodes les plus efficaces pour les captures, tout en tenant compte de leurs conséquences éventuelles sur le devenir des reproductions.

En parallèle de ce programme, nous effectuons, depuis deux ans, des enregistrements des émissions vocales et tambourinements de l’espèce à l’aide d’une plateforme acoustique autonome. Les échantillons obtenus serviront à l’étude des émissions vocales et à leur comparaison avec celles du taxon leucotos.

PDB02

Pic de Lilford mâle adulte, vallée de Barétous mai 2014 (photo P. Marsaguet).
Les caractéristiques de plumage du taxon lilfordi sont bien visibles (stries dorsales, dos gris rayé , rectrices externes, calotte mâte avec stries noirâtres).

PDB01

Pic de Lilford femelle adulte-vallée de Barétous, mai 2014 (photo S. Hommeau)
Les stries dorsales (5 visibles) et le dos gris barré sont bien visibles ainsi que le pattern des rectrices externes (R1 à R5).

Chouette de Tengmalm : premières preuves de sa reproduction en vallées d’Aspe et de Barétous

La Chouette de Tengmalm est l’une des espèces nicheuses les moins bien connues des montagnes pyrénéennes occidentales. Sa reproduction n’a été prouvée dans les Pyrénées-Atlantiques qu’à partir de l’année 2000, dans une seule forêt de la vallée d’Ossau. Tout indique que la « Tengmalm » présente chez nous une population numériquement très faible et fluctuante, avec des exigences d’habitat que nous cernons encore assez mal.

Plusieurs membres du GOPA ont recherché assidûment l’espèce en 2014 dans les montagnes béarnaises. Un noyau d’au moins 5 mâles chanteurs a pu être mis en évidence en vallée d’Aspe, où un nid a été découvert dans une cavité naturelle. En vallée de Barétous, un autre nid découvert dans une loge de Pic noir, a permis l’envol d’au moins 4 jeunes.

Le bilan de cette saison 2014 est très positif, avec pour la première fois des reproductions certifiées en dehors de la vallée d’Ossau. Nous tenterons, au cours des saisons prochaines, de mieux comprendre les paramètres expliquant la répartition si localisée de l’espèce dans notre département.

IMGP4709 (1)

IMGP4728

IMGP5023

Réseau Aigles Pyrénées

Le site du Réseau Aigles Pyrénées avait pour but initial de permettre aux ornithologues qui s’intéressaient à l’Aigle Royal, Aquila chrysaetos chrysaetos, sur le versant nord de la chaine des Pyrénées, de partager leurs connaissances et d’échanger leurs données sur un site internet comme ils le faisaient au cours de leurs rencontres annuelles.

Après avoir collecté et mis en ligne les observations et les travaux des divers participants, il est apparu intéressant de compléter cette petite base de données à l’aide d’articles disponibles sur le Web.

Parti d’une recherche sur les études de nos voisins espagnols sur les Aigles royaux du versant sud des Pyrénées, le recueil des données s’est appliqué à l’ensemble de la Péninsule espagnole et donc à la sous-espèce voisine Aquila chrysaetos homeyeri.

Le continent Africain nous attendait avec les recherches de certains de nos illustres membres et la surprise d’y trouver des populations sédentaires.

La lecture des articles concernant ce rapace emblématique du Mexique nous a conduit à traverser l’Océan Atlantique pour aller à la rencontre des Aigles royaux du Nouveau Monde, Aquila chrysaetos canadensis.

Il n’y avait qu’à suivre les mouvements migratoires de ces oiseaux pour traverser les Etats Unis et rejoindre les contrées nordiques du Canada.

Le retour vers l’Ancien Monde se fera à la rencontre de la population Ecossaise et de la réintroduction, à partir de ses jeunes oiseaux, en Irlande.

Les zones nordiques des pays Scandinaves avec leurs populations de rennes, ouvriront de nouvelles problématiques alors qu’un retour vers la zone méditerranéenne nous fera rencontrer des populations insulaires et d’autres alpines.

Cette population alpine est, actuellement, en cours de recueil de données.

Certains articles concernant la biologie de l’Aigle royal ont été classés dans des rubriques spécifiques dont la richesse (Toxicologie et Génétique en particulier) représente l’intérêt des chercheurs de tous les pays.

L’ensemble des 140 articles, actuels, offre une traduction des sommaires et un lien vers le site où l’article est téléchargeable ou lisible sans difficulté.

D30_0906© Jacques Bouillerce

Le GOPA rejoint le Réseau Français d’Ornithologie (RFO)

logomembrerfo

Devant un besoin exprimé par diverses personnes ou associations locales, et suite à une longue phase d’échanges et de discussions constructives à laquelle le GOPA a activement participé, un nouveau venu a fait son apparition en mars 2013 dans le paysage des associations ornithologiques nationales : le Réseau Français d’Ornithologie (RFO) – Ornithologie et Biologie de la Conservation. Le RFO propose aux structures et aux personnes qu’il fédère d’être un relai de leurs actions à l’échelon national, que ce soit en mettant à disposition ses outils de communication (site internet, page Facebook, lettre d’infos, publications…) ou en soutenant l’organisation de colloques ainsi que la réalisation de publications scientifiques. Le partage des compétences, le travail en réseau sur des problématiques communes dans le domaine de la biologie de la conservation, le soutien des associations membres dans le respect de l’identité et de l’indépendance de chacun, font partie des fondements du Réseau.

RFO – Ornithologie et Biologie de la Conservation

BP 10 008
17 120 Cozes

http://www.reseau-francais-ornithologie.fr/

https://www.facebook.com/reseau.francais.ornithologie

Une plateforme acoustique pour le suivi des oiseaux

Plateforme acoustique

Le GOPA a acquis à l’automne 2011 une plateforme acoustique (dispositif enregistreur autonome).

L’objectif de l’utilisation de ce matériel est dans un premier temps la détection d’espèces localisées et difficiles à détecter. La plateforme est installée dans les sites à prospecter. Elle est programmée et laissée sur place pendant une période allant de 10 à 20 jours.

Installation de la plateforme acoustique

Les enregistrements sont ensuite traités automatiquement par un logiciel de reconnaissance automatique de chant ou de cri de l’espèce ciblée.

Pic à dos blanc – cri de contact :

Sonagramme d'un cri de pic à dos blanc

Chouette hulotte femelle – « roucoulement » typique (faible intensité) :

Sonagramme de Chouette hulotte

Grand-Duc d’Europe

La plateforme a été installée sur un site occupé par ce grand rapace. L’objectif était de tester le matériel et d’enregistrer des chants et des cris en conditions naturelles afin de disposer d’échantillons sonores types. L’enregistreur a très bien fonctionné. Il a bien résisté aux intempéries et nous a permis de confirmer la présence d’un couple. Nous avons pu enregistrer en particulier un cri intéressant :

Grand-duc d’Europe femelle – cri lors d’apport de proie par le mâle :

Sonagramme d'un Grand-duc d'Europe

Nous avons également pu évaluer l’activité sonore du couple en fonction des conditions météo. L’enregistreur a ensuite été placé sur deux autres sites où la présence du Grand-duc était suspectée ces dernières années. Aucun des deux sites ne s’est révélé positif. Pour l’un des sites, l’absence de l’espèce a pu être avérée car les conditions d’enregistrement étaient idéales (20 jours d’enregistrement au mois de janvier – aucun bruit de fond).

Chouette de Tengmalm

Cette petite chouette, très rare dans les Pyrénées occidentales, est extrêmement difficile à contacter (période de chant au mois de février, sur les versants froids et enneigés). L’enregistreur est donc un moyen idéal pour compléter et étendre la prospection. L’année 2012 est cependant une très mauvaise année de faînes et aucune des prospections hivernales ne s’est révélée positive.

L’enregistreur a été placé cet hiver sur deux sites connus, avec un objectif similaire : enregistrer des chants et des cris en conditions naturelles afin de disposer d’échantillons sonores types. Aucun des sites n’a permis de contacter la chouette. Au regard des conditions sonores exceptionnelles, l’absence de l’espèce peut également être avérée (20 jours sur chaque site en février-mars, aucun chant ni cri enregistré).

L’enregistreur a ensuite été placé de manière opportuniste sur un site ou elle avait été contactée la veille à l’aube début mai. L’idée était d’enregistrer aussi du son et de décrire l’activité de chant. Mission accomplie puisque non seulement l’activité de chant fût intense, mais 3 mâles chanteurs se manisfestent sur les enregistrements. Nous possédons maintenant des échantillons type de très bonne qualité qui serviront a scanner les prochaines prospections!

Chouette de Tengmalm – chant de 2 mâles et chant d’un mâle avec une Chouette hulotte :

Sonagramme d'une Chouette de Tengmalm

Conclusion

Nous avons encore bien d’autres applications alors que nous sommes toujours en phase de familiarisation avec le matériel. La qualité sonore des enregistrements est très bonne, ce qui laisse augurer de futures découvertes intéressantes !